Voici quelques exemples de projets vidéo qu’il est possible d’organiser en fonction des besoins et des objectifs ciblés.

Fiction collective

L’idée est de proposer à un groupe de participer à la réalisation d’un film de fiction : un court – métrage, un film d’animation, une création audiovisuelle…  Au départ du projet, un travail d’écriture avec le groupe est nécessaire : quelle histoire voulez-vous raconter dans votre film ? Quel message avez-vous envie de transmettre ?  Quelle est l’intrigue ? Quelle est la chute, la fin de l’histoire ? S’agit-il d’une histoire policière, une comédie ou imaginaire ?

Viendra ensuite la répartition des différents rôles au sein du groupe : réalisateur, cadreur, acteur,…

Ce type d’atelier permet d’initier au fonctionnement pratique du cinéma ou de la vidéo et de faire acquérir aux participants des compétences techniques. Il permet également de sensibiliser à la dynamique de groupe, à la création collective, à l’écoute et à l’éducation aux médias.

 

Clip musical 

Cet atelier combine vidéo et musique. On propose de réaliser un clip musical sur base d’une reprise d’une chanson existante ou bien d’une chanson originale. Si l’option est de créer une chanson originale, l’atelier commencera donc par un atelier d’écriture de chanson et de composition musicale. Il sera suivi d’une session d’écriture de scénario pour décider comment les images vont venir illustrer et représenter la chanson : quel est le thème de la chanson ? Comment traiter de manière originale ce sujet ? Du playback est-il prévu ? Cet atelier peut s’adresser aussi à un public jeune ou à un public mélomane, dans une volonté d’apprendre à s’exprimer musicalement et de comprendre les ficelles de la réalisation d’une vidéo musicale. Il permettra également d’aborder les codes actuels des clips musicaux et de déterminer ce qui tient de l’art, du marketing… ou des deux à la fois.

Recherche audiovisuelle participative 

Il s’agit d’utiliser la vidéo dans le cadre d’un projet de recherche participative, c’est-à-dire un projet qui vise à produire des connaissances avec les acteurs de terrain, les personnes observées. Dans ce genre de démarche, des étapes sont à franchir : trouver les participants et les sensibiliser à notre recherche.  L’implication des participants se fait de différentes manières : ils réalisent eux-mêmes des images ou ils deviennent les acteurs, les acteurs filmés. Une grande partie de la recherche reposera sur l’analyse des images, sur l’autoscopie des personnes filmées, sur leurs réactions et leurs verbalisations autour des images. Il s’agira de voir comment montrer, de questionner l’invisible, les non-dits… Ce type d’approche (recherche participative/recherche-action) peut être utile à des chercheurs qui veulent participer à la valorisation des savoirs citoyens, co-construire des savoirs ou encore stimuler une action collective sur le terrain.

Atelier documentaire de création 

Dans cet atelier, le public est sensibilisé à la démarche documentaire par sa participation  à la création d’un court film. Après la présentation des bases du cinéma documentaire et au départ d’une thématique commune, il est demandé aux participants de choisir leur angle, le regard qu’ils veulent porter, ce qu’ils veulent interroger, les questions qu’ils vont poser,… Plusieurs méthodes de tournage sont possibles : travailler en synchrone ou asynchrone, c’est-à-dire tourner les images et les sons ensemble ou séparément. Une autre question est à envisager : feront-ils des interviews ou écriront-ils une voix-off ou les deux?

Ce type d’atelier est intéressant pour susciter un regard critique ou sensibiliser à un problème de société, un sujet de controverse ou un thème d’actualité.

Création radiophonique 

On peut aussi réaliser un atelier qui se basera essentiellement sur un travail sonore : est  proposé aux participants de réaliser un reportage radio sur le sujet de leur choix ou une thématique commune. Même s’il n’y a ici pas d’images, il importe de préparer un scénario et d’écrire la forme que prendra le média sonore. Quels sons vont être enregistrés ? Comment et pourquoi ? Comment créer une ambiance sonore ? Interview et/ou voix-off ? Quelle histoire raconter ? S’agit-il de faire des portraits ? L’approche radio est très riche également, elle permet de créer une nouvelle perspective dans un monde dominé par l’image ; elle met l’accent sur l’écoute, le dialogue et le langage.

Atelier d’autoscopie 

Cet atelier définit un objectif précis que la vidéo aidera à atteindre. Qu’il s’agisse d’améliorer un comportement, d’acquérir de nouvelles compétences, d’apprendre à s’accepter, d’être à l’aise en public et dans la prise de parole ou encore d’apprendre à gérer un groupe. C’est par la visualisation des images, l’autoscopie, que les participants travailleront sur leur comportement. L’animateur amènera les participants à réagir face aux images et retirer un enseignement pour une action future.

Cette démarche intéressera particulièrement des animateurs, des éducateurs, des enseignants, des thérapeutes ou encore des metteurs en scène.